octobre 3, 2022

La décision de la Turquie d’expulser les ambassadeurs suite à l’incarcération d’un militant risque d’élargir le fossé avec l’Occident

La décision de la Turquie d’expulser les ambassadeurs suite à l’incarcération d’un militant risque d’élargir le fossé avec l’Occident

La décision du président turc, Recep Tayyip Erdoğan, de déclarer 10 ambassadeurs – dont ceux de sept alliés de l’OTAN – persona non grata menace d’ouvrir le plus grand fossé avec l’Occident au cours de ses deux décennies au pouvoir.

Des représentants des États-Unis, du Canada, de l’Allemagne, de la France, des Pays-Bas, du Danemark, de la Suède, de la Finlande, de la Norvège et de la Nouvelle-Zélande ont publié une déclaration commune en début de semaine pour demander la libération urgente d’Osman Kavala, un homme d’affaires et philanthrope de premier plan qui est en détention provisoire depuis plus de quatre ans pour des accusations liées aux manifestations du parc Gezi en 2013 et à la tentative de coup d’État de 2016.

Ils ont été convoqués par le ministère des Affaires étrangères et samedi, le président a déclaré qu’il avait ordonné une déclaration de persona non grata pour les envoyés, ce qui peut supprimer le statut diplomatique et conduire à l’expulsion.

L’exécution des expulsions plongerait les relations de la Turquie avec l’Europe et les États-Unis à un niveau historiquement bas, risquerait de provoquer de nouvelles turbulences pour la livre turque et accélérerait la dérive d’Ankara vers l’Ouest. Sept des pays concernés sont des alliés de la Turquie au sein de l’OTAN.

Les ambassadeurs « ne peuvent pas oser venir au ministère turc des Affaires étrangères et donner des ordres… J’ai donné l’ordre nécessaire à notre ministre des Affaires étrangères et j’ai dit ce qui doit être fait : ces 10 ambassadeurs doivent être déclarés persona non grata immédiatement », a déclaré Erdoğan dans un discours prononcé dans la ville d’Eskişehir, dans le nord-ouest du pays.

« Ils connaîtront et comprendront la Turquie. Le jour où ils ne connaîtront pas et ne comprendront pas la Turquie, ils partiront », a-t-il dit sous les acclamations de la foule.

« Aucune instruction n’a été donnée aux ambassades », a déclaré une source diplomatique turque à Reuters, ajoutant qu’il était possible qu’une décision soit prise lors d’une réunion du cabinet lundi.

La plupart des pays concernés ont refusé de faire des commentaires avant d’avoir entendu les canaux officiels turcs, le département d’État américain ayant déclaré que Washington était au courant des rapports et cherchait à obtenir des éclaircissements auprès du ministère turc des Affaires étrangères.

« Notre ambassadeur n’a rien fait qui justifie une expulsion », a déclaré à Reuters Trude Maaseide, porte-parole du ministère norvégien des affaires étrangères.

Le cas très médiatisé de Kavala est considéré comme emblématique d’une répression de la dissidence sous Erdoğan, et a été étroitement surveillé par les diplomates occidentaux et les groupes de défense des droits de l’homme pendant des années.

Kavala et huit autres militants du parc Gezi, qui risquaient jusqu’à 20 ans de prison pour terrorisme, ont été acquittés l’année dernière dans un jugement surprise, mais il a été renvoyé à la prison Silivri d’Istanbul quelques heures après l’émission d’un nouveau mandat d’arrêt dans le cadre d’une enquête sur le coup d’État manqué de 2016.

En 2019, la Cour européenne des droits de l’homme a demandé sa libération immédiate, estimant que la détention prolongée du militant pour la démocratie n’était pas étayée par des preuves d’une infraction et avait pour but inavoué de « le réduire au silence, ce qui aurait un effet dissuasif sur la société civile ».

Le Conseil de l’Europe a déclaré qu’il entamerait une procédure d’infraction contre la Turquie d’ici la fin du mois prochain si Kavala n’était pas libéré. Sa prochaine audience aura lieu le 26 novembre, bien que l’homme de 64 ans ait déclaré vendredi qu’il n’y assisterait plus, estimant qu’une audience équitable était impossible.

La réponse dramatique d’Erdoğan à la déclaration des ambassadeurs suggère qu’il l’a interprétée comme une attaque personnelle, et reflète sa conviction que le mouvement de protestation du parc Gezi visait à renverser violemment son gouvernement.

Les manifestations, qui ont débuté en raison du projet de transformer ce rare espace vert du centre d’Istanbul en centre commercial, se sont transformées en protestations nationales contre l’emprise croissante du Premier ministre de l’époque sur la Turquie. La répression policière et les arrestations massives qui ont suivi ont ouvert la voie à la direction de plus en plus autoritaire prise par le gouvernement depuis lors.

Le président aurait déclaré jeudi que les ambassadeurs en question ne relâcheraient pas « les bandits, les meurtriers et les terroristes » dans leur propre pays.

La menace de renvoyer les émissaires est probablement calibrée pour la base d’Erdoğan ; la démonstration de force est susceptible de bien jouer alors que son parti Justice et Développement continue de perdre le soutien populaire en raison de l’inflation galopante.

Une désescalade est également possible étant donné que les retombées diplomatiques surviendraient à un moment particulièrement délicat : Erdoğan devrait rencontrer Joe Biden et d’autres dirigeants mondiaux lors du sommet du G20 à Rome la semaine prochaine et de la conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow.

Le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne sont parmi les pays les plus importants qui n’ont pas signé la déclaration demandant la libération de Kavala. Il est probable que leur absence de la déclaration, qui a été largement coordonnée par les États-Unis, serait passée inaperçue sans la décision de persona non grata.

Le Royaume-Uni est depuis longtemps fier de ses relations étroites avec la Turquie, et a été le premier pays à envoyer un ministre à Ankara après le coup d’État avorté de 2016.

Il n’y a pas eu de déclaration immédiate du Royaume-Uni condamnant les éventuelles expulsions.

Le premier ministre italien, Mario Draghi, s’est déjà retrouvé dans l’eau chaude avec Ankara après avoir décrit Erdoğan comme un dictateur, ce qui a incité le président turc à le qualifier de grossier.