octobre 3, 2022

Les robots : voler nos emplois ou résoudre les pénuries de main-d’œuvre ?

Les robots : voler nos emplois ou résoudre les pénuries de main-d’œuvre ?

orsque la pandémie de coronavirus a enveloppé le monde l’année dernière, les entreprises se sont de plus en plus tournées vers l’automatisation afin de faire face à l’évolution rapide des conditions. Des robots nettoyeurs de sols et désinfecteurs de microbes ont été introduits dans les hôpitaux, les supermarchés et d’autres environnements. Certaines entreprises ont constaté que, compte tenu de la nouvelle importance accordée à l’hygiène et à la distanciation sociale, les opérations robotisées offraient un avantage marketing. La chaîne américaine de restauration rapide White Castle a commencé à utiliser des robots pour cuire les hamburgers dans le but de créer « une possibilité de réduire le contact humain avec les aliments pendant le processus de cuisson ».

Les pires jours de la pandémie étant, on l’espère, derrière nous, l’histoire de l’emploi s’est révélée d’une complexité inattendue. Alors que les taux de chômage globaux restent élevés, les États-Unis et le Royaume-Uni connaissent une pénurie généralisée de travailleurs, en particulier dans les professions qui tendent à offrir des conditions de travail exténuantes et des salaires relativement bas. Alors même qu’un quart de million de travailleurs britanniques ayant occupé un emploi en 2019 restent sans emploi, les offres d’emploi sont en hausse de 20 % par rapport aux niveaux pré-pandémiques, les employeurs peinant à pourvoir de nombreux postes. Les raisons derrière les pénuries de travailleurs ne sont pas entièrement claires. Une hypothèse commune est que les paiements prolongés aux travailleurs furloughed ont permis aux gens de rester hors de la main-d’œuvre.

Cependant, les données recueillies dans un certain nombre d’États américains qui ont décidé de mettre fin aux allocations de chômage de manière anticipée suggèrent que les paiements prolongés n’ont peut-être pas joué un rôle majeur. Il se peut que de nombreux travailleurs aient simplement réévalué leur volonté de faire des travaux difficiles et souvent peu gratifiants en échange d’un faible salaire. Au Royaume-Uni, le Brexit a considérablement exacerbé la situation. Au moins 200 000 ressortissants de l’UE, principalement d’Europe de l’Est, qui occupaient autrefois des fonctions dans des domaines tels que l’agriculture, le transport et la logistique, ont quitté le pays et pourraient ne jamais y revenir.

Tout cela a incité les entreprises à investir dans l’automatisation afin de s’adapter à la pénurie de travailleurs. Alors que les exploitations agricoles britanniques sont confrontées à l’absence des travailleurs saisonniers qui affluaient autrefois d’Europe de l’Est, les robots agricoles suscitent un intérêt croissant. La startup britannique Small Robot Company, par exemple, a mis au point deux robots capables de détruire les mauvaises herbes dans les champs de blé tout en réduisant considérablement l’utilisation de pesticides chimiques. Le premier robot rôde de manière autonome dans un champ de blé et, avec une précision et une patience qu’aucun humain ne pourrait égaler, analyse chaque plant de blé à l’aide de plusieurs caméras, cartographiant les endroits exacts où les mauvaises herbes commencent à empiéter. Une fois ces données recueillies, un second robot à cinq bras, quelque peu effrayant, le suit et tue les mauvaises herbes en leur administrant un puissant choc électrique.
Une autre startup, Xihelm, qui a bénéficié d’un financement à risque du gouvernement britannique en 2018, a construit un robot capable de récolter les fruits et légumes fragiles dans les serres. Le robot peut, par exemple, cueillir soigneusement les tomates après avoir utilisé l’intelligence artificielle pour identifier uniquement les fruits les plus mûrs. Aux États-Unis, où la pénurie de travailleurs a particulièrement touché le secteur de la restauration, la chaîne White Castle a introduit l’automatisation des frites pour travailler aux côtés de ses nouveaux robots hamburgers, tandis que la chaîne nationale de restaurants Sweetgreen a acquis une startup qui fournit une technologie de cuisine robotisée. Les restaurants McDonald’s de la région de Chicago expérimentent un système vocal alimenté par l’intelligence artificielle qui peut traiter les commandes des clients au volant.

Il ne fait aucun doute que la pandémie et la pénurie de travailleurs qui en découle accélèrent le déploiement de l’intelligence artificielle, de la robotique et d’autres formes d’automatisation. Au Royaume-Uni, cette tendance est encore amplifiée par l’impact du Brexit sur la main-d’œuvre. Cependant, la réalité est que la plupart de ces technologies ne sont pas susceptibles d’arriver à temps pour offrir une solution aux défis immédiats auxquels sont confrontés les employeurs. Le robot cueilleur de tomates de Xihelm, par exemple, est toujours en phase de test ; les machines ne sont pas encore disponibles à l’achat. Certaines des pénuries de main-d’œuvre les plus critiques au Royaume-Uni concernent le transport et la logistique.

Selon une estimation, le pays manque actuellement d’au moins 100 000 chauffeurs routiers. Comme cela a été largement médiatisé, cela a entraîné des pénuries de tout, de l’essence aux milkshakes de McDonald’s. Aucun robot ne viendra à la rescousse dans un avenir proche. Bien qu’un certain nombre de jeunes entreprises de la Silicon Valley et d’ailleurs travaillent sur des camions à conduite autonome, la technologie ne sera pas viable commercialement avant plusieurs années. Si l’on ajoute à cela le temps nécessaire aux gouvernements pour élaborer les réglementations requises ou simplement pour faire accepter au public l’idée que des camions chargés à bloc puissent circuler sur les routes locales sans conducteur au volant, l’attente pourrait facilement être beaucoup plus longue.

Toutefois, au cours d’une décennie ou plus, l’impact global de l’intelligence artificielle et de la robotique sur le marché du travail sera probablement important et, dans certains domaines spécifiques, ces technologies pourraient entraîner des changements spectaculaires au cours des prochaines années. De nombreux travailleurs seront bientôt confrontés au fait que l’empiètement de la technologie de l’automatisation ne se limitera pas aux professions souvent mal payées et moins désirables où se concentre actuellement la pénurie de travailleurs. En effet, bon nombre des emplois que les employeurs s’efforcent de pourvoir pourraient s’avérer très résistants à l’automatisation. Dans le même temps, les postes mieux rémunérés que les travailleurs souhaitent absolument conserver seront carrément dans la ligne de mire à mesure que l’IA et la robotique poursuivront leur progression implacable.
Prenons par exemple les centres de distribution gérés par Amazon ou le détaillant d’épicerie en ligne Ocado. Avec l’accélération des achats en ligne, ces entrepôts sont devenus un point lumineux pour l’emploi, fournissant des emplois à plusieurs milliers de travailleurs. Il y a moins de dix ans, les installations de ce type auraient été animées par des centaines de travailleurs circulant en permanence entre de hauts rayonnages contenant des milliers d’articles différents. Parmi ces travailleurs, il y aurait eu des « stowers » chargés de prendre les nouveaux stocks et de les stocker sur les étagères, et des « pickers » chargés de récupérer les articles afin d’honorer les commandes des clients. L’activité était une course folle et continue, ressemblant peut-être à une fourmilière particulièrement désordonnée, dans laquelle un travailleur type pouvait parcourir une douzaine de kilomètres ou plus au cours d’une seule journée de travail.

Dans les centres de distribution les plus avancés d’aujourd’hui, ce mouvement effréné est devenu presque une image miroir de lui-même. Ce sont désormais les travailleurs qui restent immobiles – pour le prélèvement et le rangement – tandis que les étagères de stock se déplacent à toute vitesse, transportées entre les destinations par des robots entièrement autonomes. Amazon exploite aujourd’hui plus de 200 000 de ces robots dans ses centres de distribution du monde entier, tandis qu’Ocado en emploie plus de 1 000 dans une seule installation à Andover, dans le Hampshire.

Des entreprises telles qu’Amazon et Ocado continuent d’employer une main-d’œuvre humaine massive, en grande partie parce que les robots sont – jusqu’à présent – incapables d’effectuer les opérations de prélèvement et de rangement qui nécessitent une perception visuelle et une dextérité de niveau humain. Cette situation est toutefois appelée à changer. Les deux entreprises, ainsi qu’un certain nombre de start-ups bien financées, travaillent à la construction de robots plus habiles. En effet, le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a déclaré lors d’une conférence en 2019 : « Je pense que la préhension [robotique] sera un problème résolu dans les 10 prochaines années ». En d’autres termes, un grand nombre des centaines de milliers de travailleurs actuellement employés dans ces installations sont susceptibles de devenir superflus dans un avenir relativement proche. Et à mesure que les robots progressent, ils seront également déployés de plus en plus fréquemment dans les restaurants, les supermarchés et d’autres environnements.

Les cols blancs plus instruits découvriront rapidement qu’ils sont loin d’être à l’abri de la montée de l’IA. Tout emploi impliquant l’analyse ou la manipulation relativement routinière d’informations est susceptible de tomber en totalité ou en partie sous le coup de l’automatisation logicielle. Certaines des plus grandes organisations médiatiques du monde, par exemple, utilisent déjà des systèmes d’IA qui génèrent automatiquement des articles d’actualité, tandis que des algorithmes juridiques intelligents analysent les contrats et prédisent l’issue des litiges. L’IA commence même à démontrer un talent pour la programmation informatique de routine. Dans de nombreux cas, le travail de connaissance s’avérera plus facile et moins coûteux à automatiser que le travail moins bien rémunéré qui nécessite une manipulation physique. Lorsque le travail est purement axé sur le traitement de l’information, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à un robot mécanique coûteux ni de relever les difficiles défis techniques que représente la reproduction de la dextérité ou de la mobilité humaine. Les perdants seront ceux qui se concentrent principalement sur des tâches routinières et prévisibles, que ces activités soient de nature physique ou intellectuelle, et souvent indépendamment du niveau d’éducation.

Les gagnants sont susceptibles d’appartenir à l’un des trois groupes généraux suivants. Tout d’abord, les travailleurs qualifiés, tels que les plombiers et les électriciens, qui effectuent un travail nécessitant de la dextérité, de la mobilité et une capacité à résoudre des problèmes dans des contextes très imprévisibles. Il en va de même pour un soignant qui aide une personne âgée à satisfaire ses besoins quotidiens. Ce type de travail est bien au-delà des capacités de tout robot existant et ces emplois resteront sûrs dans un avenir prévisible. Deuxièmement, les travailleurs dont la profession exige le développement de relations profondes et sophistiquées avec d’autres personnes seront relativement en sécurité. Il peut s’agir de fonctions de soins, comme les soins infirmiers, ou de professions commerciales ou éducatives qui nécessitent des interactions humaines complexes.

Bien que l’IA progresse dans ce domaine – par exemple, il existe déjà des chatbots capables de fournir un soutien rudimentaire en matière de santé mentale – il faudra probablement attendre longtemps avant que les machines puissent établir des relations véritablement significatives avec les humains. La dernière catégorie comprend le travail intellectuel qui est créatif ou les activités qui sont par ailleurs véritablement non routinières et imprévisibles par nature. Pour ces travailleurs, l’intelligence artificielle sera susceptible d’amplifier, plutôt que de remplacer, leurs efforts. Dans de nombreuses professions, un scénario du type « tout le monde gagne » pourrait se produire ; les personnes les plus créatives se hisseront au sommet, tandis que celles qui se concentrent sur des activités plus routinières seront confrontées à la menace croissante de l’automatisation.

Le meilleur conseil à donner aux individus est de quitter le travail routinier et prévisible pour se diriger vers l’une de ces catégories gagnantes. La viabilité de ce conseil, lorsqu’il est appliqué à la société dans son ensemble, soulève toutefois de réelles questions. Historiquement, les progrès de la technologie ont eu tendance à faire passer la plupart des travailleurs d’un travail routinier dans un secteur à un travail routinier dans un autre. Lorsque l’agriculture s’est mécanisée, les travailleurs sont passés des fermes aux usines, mais ils ont continué à effectuer des travaux routiniers. Plus tard, les travailleurs sont passés à des emplois routiniers dans le secteur des services. L’essor de l’intelligence artificielle nécessitera une transition sans précédent au cours de laquelle une grande partie de la main-d’œuvre devra trouver et s’adapter à des rôles véritablement non routiniers. Il n’est pas certain qu’un nombre suffisant de ces emplois sera créé – et, même s’ils le sont, de nombreux travailleurs n’auront probablement pas les talents inhérents et les traits de personnalité requis pour assumer des rôles créatifs ou axés sur les relations.

La conception d’une société capable de s’adapter à l’essor de l’intelligence artificielle et de permettre à chacun de s’épanouir au fil de ces changements sera probablement l’un de nos plus grands défis dans les années et décennies à venir. Il faudra mettre l’accent sur le recyclage et l’éducation des travailleurs capables d’entreprendre de manière réaliste la transition nécessaire, ainsi que sur un meilleur filet de sécurité – et peut-être un tout nouveau contrat social – pour ceux qui seront inévitablement laissés pour compte.